Accueil semaine

Cette semaine, j'ai bien avancé sur mes projets de livres, alors en attendant que les sujets Dior soient prêts, je vous propose une super recette de cake léger à customiser avec des produits de saison et une boisson ayurvédique réconfortante et énergisante. Bio, aussi. Passez un très bon week-end !

Visite exceptionnelle de l'hôtel Matignon


Profitons des Journées du Patrimoine pour découvrir les trésors bien cachés de la capitale.
Aujourd'hui, je vous emmène chez le premier ministre !

Sur réservation lors de ce week-end exceptionnel de septembre, nous avons rendez-vous au 57, rue de Varenne dans le 7e arrondissement. File d'attente acceptable, organisation efficace, et contrôles de sécurité prévisibles. Malgré le nombre de visiteurs, l'accueil courtois et presque personnalisé donne l'impression d'être invités !


Passés sous l'impressionnant porche, nous voilà dans la cour d'honneur vue dans tous les reportages télévisés, devant l'entrée de l'un des plus beaux hôtels particuliers de la capitale. Les bâtiments annexes sont eux aussi superbes.
L'hôtel de Matignon, résidence du Premier ministre, est un joyau du XVIIIème siècle, édifié par l'architecte Jean Courtonne en 1722. On lui doit également l'hôtel d'Étampes juste à coté, rue de Varennes, et l'hôtel de Sens (hôtel de Noirmoutier) rue de Grenelle.
On peut noter sur la façade des sculptures de Jean Herpin et François Legrand et la Déclaration des Droits de l'Homme peinte au-dessus de l'aile gauche.



L'hôtel de Matignon, sis sur trois hectares de terrain, a tout d'abord appartenu à Jacques de Matignon, prince de Monaco, qui lui a donné son nom. Il fût ensuite la propriété, entre autres, de Talleyrand, de Napoléon 1er, avant de devenir l'ambassade d’Autriche-Hongrie de 1889 à 1914, puis de revenir à l'état français. Après la seconde guerre mondiale, il devient résidence du président du Conseil des Ministres, renommé Premier Ministre.

Après l'entrée, nous accédons à l'étage par l'escalier monumental au décor de faux marbre très présent, dû à la famille Galliera au XIXème siècle.





Je vous laisse admirer le bureau du premier ministre (ici, Jean Castex) :





Suivent les antichambres, les différents salons -rouge, bleu, jaune- et la très officielle salle du Conseil.





J'ai eu un coup de coeur pour les lustres magnifiques, les beaux détails et une sublime vue sur le parc.




À l'arrière du bâtiment, devant la terrasse, l'immense jardin - l'un des plus grands de la capitale, entretenu avec beaucoup de soin, s'étend jusqu'à la rue de Babylone. Par tradition, chaque premier ministre y plante depuis Raymond Barre en 1978 un arbre qui, souvent, en dit long sur sa personnalité : haut, robuste, fleuri, poétique, persistant, ...





Les Journées européennes du Patrimoine
Auront lieu cette année les 17 et 18 septembre.