Accueil semaine

Cette semaine, j'ai visité l'exposition consacrée à Elsa Schiaparelli au MAD qui méritait bien un long sujet sur From Soph to You, tant elle est belle et intéressante. Du coup, j'arrête de vous annoncer des trucs au risque de changer d'idée au dernier moment ! Ah si : je lance bientôt un podcast dans lequel je donnerai la parole à des femmes dont le métier, la formation, les changements de voies sont passionnants. Voici un projet de visuel en avant-première. Passez un bon week-end ! À très bientôt Sophie PS : Sur J'ai lu & j'adore, l'Attrape-cœurs, un classique pas si classique ...

Musique : juste avant l'aube de Tamino

@taminomusic

'Sahar', le deuxième album de Tamino, vient de sortir, quatre ans après son premier disque 'Amir'
dont les chansons intimes et terriblement addictives ont touché le public
et provoqué les commentaires élogieux de la profession.

Les titres du jeune musicien flamand et égyptien, emprunts de toutes les couleurs de sa personnalité font immédiatement entrer dans un univers à la fois doux et réservé, fort et sensuel, très rock'n roll. Depuis le premier titre hypnotique, Habibi (voir plus bas, deuxième vidéo), sorti alors qu'il avait à peine vingt ans, il a posé ses notes au piano, à la guitare, au oud, sur des mots -anglais- riches et justes de portée poétique, l'ensemble virant du beau au sombre encore plus beau.

Les images des concerts le montrent chantant les yeux fermés, sa voix couvrant une gamme de quatre octaves, devant une salle en suspens. Les journalistes parlent d'un chant venu du coeur, ses fans de l'héritage de plusieurs vies réincarnées. Sur YouTube, les commentaires citent Dostoïevski, fait relativement rare. Le milieu de la mode s'est lui aussi attaché à la longue silhouette, au regard un peu dark de Tamino : en lien @thefashionisto une série shootée par Paolo Roversi pour Vogue Hommes.

Son nouvel album Sahar (juste avant l'aube), égrène dix super beaux titres profonds et intimistes à la production soignée que je vous laisse découvrir, dont Sunflower en duo avec Angèle, les singles First Disciple, Fascination (ci-dessous) et You Don't Own Me illustrés de vidéos très cinématographiques. Sur sept titres il est accompagné, en plus de ses (excellents) musiciens, du bassiste de Radiohead qui jouait déjà sur Indigo night et participe aux concerts.


Si vous ne connaissez pas le premier album, ou juste pour le plaisir, voici une version guitare-voix très pure de Habibi, et juste en dessous le sublime clip de ma chanson préférée, Indigo night, réalisé au Caire par son frère Ramy.



+ En live : les deux dates parisiennes en novembre prochain au Trianon étant complètes*,
See you there.